Fiches de personnage, textes et illustrations
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nelphalyn
Plume et pinceau
avatar

Messages : 501
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Quotidien   Mer 20 Aoû - 14:04

Pour ceux qui ne connaissent pas Fin­ra­viel, ce­ci se­ra un aper­çu de ce que vous pou­vez en voir. Pour ceux qui la connaissent, et au vu des évè­ne­ments ré­cents de sa vie, ce se­ra l’oc­ca­sion de consta­ter un cer­tain chan­ge­ment.




Au ma­tin, alors que le so­leil n’est pas en­core le­vé, voi­ci ce que vous pour­riez trou­ver :

Fin­ra­viel se tient au mi­lieu d’un bos­quet d’arbres. Des cibles de dif­fé­rentes tailles et cou­leurs sont ac­cro­chées aux arbres ou po­sées au sol. L’elfe se tient droite au mi­lieu un car­quois plein à la cein­ture et son arc à la main. Au­jourd’hui elle ma­nie un arc long com­po­site, qui non ban­dé lui ar­rive au mi­lieu du front. De bois blanc ar­gen­té, il semble à la fois so­lide, souple et plus lé­ger que l’air. Par­ti­cu­la­ri­té étrange, il est en­cor­dé trois fois.

Un coup d’oeil cir­cu­laire ra­pide et sa main plonge à son cô­té, pio­chant deux flèches. D’un geste ex­pert, elle les en­coche, l’une au des­sus de l’autre. D’une tor­sion souple du poi­gnet, elle vrille les cordes de l’arc, puis ap­pe­lant tant ses épaules que ses bras à l’ef­fort, elle bande com­plè­te­ment son arme.

Lâ­chant la corde en ex­pi­rant, elle re­garde en si­lence deux traits per­cer deux cibles voi­sines. Elle reste de marbre, étire ses épaules, puis re­prend son ma­nège toute la ma­ti­née du­rant.





Dans l’après-mi­di, après votre re­pas bien mé­ri­té, il est pro­bable que vous trou­viez Fin­ra­viel at­ta­blée quelque part, plume en main, écri­vant sur un co­dex ou un par­che­min. Ou en­core gra­vant du bois avec un mi­nus­cule ra­bot au bout des doigts. Mor­dant le bois, elle lui donne la forme de bla­sons, vi­sages, fol­liages, dé­tails d’in­di­vi­dus, voire les trans­forme en den­telles com­plexes. Pe­tit in­dice, lors­qu’elle sculpte une den­telle de bois, il est en gé­né­ral mal­avi­sé de la contra­rier.

Il est pro­bable qu’elle soit éga­le­ment as­sise près de ses mon­tures un livre en main.





Dès que le soir est tom­bé, n’es­comp­tez pas la dé­bus­quer. Mar­chant en si­lence dans l’ombre, tra­vaillant sa dis­cré­tion, ou en­core sa sou­plesse pour une par­tie de la nuit, elle pas­se­ra le reste à s’exer­cer au ma­nie­ment des épées courtes, dagues et sty­lets dans un coin re­cu­lé. Ha­billée de ses cuirs sombres, il vous se­ra bien dif­fi­cile de lui mettre la main des­sus. Ce­pen­dant voi­ci ce que vous pour­riez croi­ser.

Un pas, puis deux, puis trois. Pointe puis ta­lon, ta­lon puis pointe. Se mou­vant dans un souffle sans presque plier l’herbe sous ses bottes, une dague mou­che­tée dans chaque main, une ombre passe. Quelques pas de plus au ra­len­ti, puis sou­dain le rythme change.

Fente près du sol, de­mi-tour sur les pointes de pied. Deux dagues jaillis­sant vers l’avant avant de re­prendre leur place. L’ombre se re­dresse d’un trait, lan­çant une jambe au pied ten­du en arc de cercle. L’éclat mé­tal­lique de la dague sui­vant la botte ne souffle pas un bruit. De­mi tour à nou­veau, les deux armes ci­saillent l’air dans un sou­pir et se re­trouvent dans une seule main. L’autre touche le sol alors que l’ombre s’étend vers le haut, ta­lons fen­dant l’air. Pul­sion du bras et elle se re­trouve sou­ple­ment sur ses pieds, une arme dans chaque main. La danse si­len­cieuse se pour­suit des heures du­rant, sans ja­mais rompre le si­lence plus avant que le frot­te­ment des cuirs et l’air bras­sé par le corps.





De­puis quelques temps dé­jà, on peut voir la poche ou la ca­puche de Fin­ra­viel re­muer étran­ge­ment. Lors­qu’elle ra­bat cette der­nière sur sa tête, un mon­ti­cule in­ha­bi­tuel semble se for­mer à la hâte sur le som­met de son crâne. Par­fois, alors que la bosse bouge, l’elfe étouffe un pe­tit cri de sur­prise. Non, il ne s’agit pas d’une af­fec­tion grave, mais sim­ple­ment d’un pré­sent que cer­tains pour­raient qua­li­fier d’em­poi­son­né : Len­drafn. Oui, ceux qui com­prennent le Sin­da­rin ont bien lu : la bûche douce.

Len­drafn est un écu­reuil gris-roux du pays de Bree. Trou­vé bles­sé par Leol­wen qui le prit tout d’abord pour une drôle de bûche au pied d’un arbre, près de la porte est de Bree. Ne sa­chant s’en oc­cu­per, elle pré­fé­ra l’of­frir à Fin­ra­viel, ima­gi­nant qu’il se­rait bien mieux entre des mains el­fiques et qu’il la dis­trai­rait de ses sou­cis.

Très crain­tif, l’ani­mal passe son temps à se ca­cher dans les plis et pans des vê­te­ments de Fin­ra­viel. Ca­puche et poche de cape sont ses re­fuges fa­vo­ris, mais se per­cher sur la tête de l’elfe, agrip­pé à ses che­veux semble être proche d’une pas­sion. Mor­dant par­fois dou­ce­ment le crâne de sa pro­tec­trice, il lui si­gni­fie qu’il a par­ti­cu­liè­re­ment peur.

Ché­tif au dé­part, le poil terne et l’oeil pa­ni­qué, Len­drafn a bien chan­gé de­puis qu’il peut gam­ba­der dans la val­lée d’Im­la­dris. Il a gran­di, gros­si, et presque ga­gné en as­su­rance. Tou­jours est-il qu’il ne rentre plus dans une poche de cape, et que s’il loge tou­jours dans une ca­puche, son poids est fort gê­nant lors­qu’il s’y glisse alors que l’ar­chère ne l’a pas ra­bat­tue sur son vi­sage. Il lui reste l’au­to­ri­sa­tion de trô­ner sur son crâne, bien ac­cro­ché, tant qu’il ne mord pas. Lors­qu’il est d’hu­meur par­ti­cu­liè­re­ment té­mé­raire, il ose s’as­seoir fiè­re­ment sur l’épaule de Fin­ra­viel, mais il au­ra tôt fait de se ruer dans son dos, bien à l’abri de sa cape et les griffes ri­vées dans le cuir de son plas­tron ou le tis­sus de sa robe si vous le fixez trop long­temps des yeux.

No­tez en­fin que s’il vous dé­pose en qua­trième vi­tesse une graine, un fruit, un feuille ou n’im­porte quelle autre trou­vaille aux pieds avant de fi­ler se ca­cher, c’est qu’il vous aime bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Notre pain quotidien", un film pour débattre
» Mes indispensables: Makeup au quotidien^^
» Nos astuces pratiques pour supprimer des conflits du quotidien
» photos echarpe au quotidien
» Petites actions au quotidien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: The Lord of the Rings Online :: [Clos] - Celebriliel Inndînië Findgaeruiel :: Textes-
Sauter vers: