Fiches de personnage, textes et illustrations
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Leolwen, l'enfant du Rohan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nelphalyn
Plume et pinceau
avatar

Messages : 470
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Leolwen, l'enfant du Rohan   Mer 20 Aoû - 11:03

Née en Ro­han sur le bord de l’An­duin, dans une pe­tite ferme fai­sant of­fice d’au­berge de voya­geurs, Leol­wen a de tous temps été bu­tée. Deux de ses frères étaient plus âgés qu’elle d’un et trois ans, l’un ram­pait au sol du haut de sa courte an­née de vie, et le der­nier té­tait en­core.
Très tôt, alors qu’elle de­vait ai­der aux tra­vaux de la ferme et à l’en­tre­tien de la mai­son, elle trou­vait tou­jours le moyen de s’éclip­ser pour al­ler af­fron­ter ses aî­nés au com­bat d’épées en bois. Bien que mai­gri­chonne à l’époque, elle avait dé­jà l’in­tui­tion du com­bat. A deux contre une, ils avaient du mal à en ve­nir à bout. Te­nant son épée de ses deux pe­tites mains blanches, elle en as­sé­nait des coups francs qu’il va­lait mieux évi­ter. Pa­rant de sa lame et gé­né­reuse en coups de pieds et d’épaules, elle n’avait dé­jà rien d’une jeune fille à ma­rier étant en­fant.

Une nuit d’hi­ver, un in­cen­die ra­va­gea sa mai­son. Elle l’avait quit­tée pour al­ler cher­cher une branche neuve afin de se fa­bri­quer une nou­velle épée de bois, et à son re­tour, elle consta­ta pieds nus, en che­mise de nuit dans la neige que la chau­mine flam­bait. Je­tant sa branche au sol elle se rua dans la mai­son et se­coua toute sa pe­tite fa­mille. Les gaz du poêle à char­bon res­pon­sable du feu avaient dé­jà bien fait leur tra­vail et elle ne par­vint qu’à faire sor­tir l’un de ses frères. Tous deux ne purent que contem­pler, im­puis­sants, la fin du reste de leur fa­mille. Res­pec­ti­ve­ment âgés de 9 et 12 ans, Leol­wen et son frère pas­sèrent le reste de la nuit et la jour­née sui­vante dans le pe­tit bois près de la mai­son. In­ca­pables de se ré­si­gner à quit­ter la de­meure fa­mi­liale ré­duite en cendres, ils fai­saient bouillir herbes et ra­cines dans le seul pe­tit pot de terre cuite qu’ils avaient pu sau­ver quand les pas d’un che­val se firent en­tendre.

Tour­nant leurs pe­tites têtes rousses, ils virent ar­ri­ver un grand che­val gris-blanc mon­té par un ca­va­lier vê­tu de cuirs et four­rures verts et mar­ron. Ce der­nier mit pied à terre en si­lence, re­gar­dant la mai­son brû­lée les épaules vou­tées. Il por­ta la main à son cœur, bais­sa sa tête en­ca­pu­chon­née et pro­non­ça quelques mots que les en­fants ne com­prirent pas. Il vint alors se pos­ter de­vant eux, sui­vit par sa mon­ture et s’ac­crou­pit en se dé­cou­vrant. Leol­wen et Rae­mud n’ou­blie­ront ja­mais ce vi­sage. La peau claire, lé­gè­re­ment ro­sie par le froid, les che­veux blonds un peu en ba­taille à cause de la ca­puche de four­rure, de grands yeux gris ar­gent, Fin­ra­viel les re­gar­dait, un triste sou­rire bien­veillant aux lèvres. Elle se dé­fit de sa cape de four­rure et dé­rou­la la cou­ver­ture chaude de der­rière sa selle. En­rou­lant dou­ce­ment les en­fants, elle leur of­frit à boire et à man­ger. Une fois nour­ris, elle les his­sa sur sa mon­ture, leur pro­met­tant que tout irait bien. Elle les condui­sit en si­lence, chan­tant par­fois, mar­chant près du che­val blanc. Ils voya­gèrent long­temps, man­geant ses ra­tions et bu­vant l’eau et la ti­sane qu’elle leur pré­pa­rait. Après un temps, elle leur ex­pli­qua que leur ar­rière grand-mère lui avait sau­vé la vie, et qu’elle avait pro­mis de tou­jours pro­té­ger sa des­cen­dance. In­ca­pables de pro­non­cer un mot, les en­fants étaient fas­ci­nés par l’elfe gai­née de cuirs verts.

Elle les me­na à Edo­ras, où elle rap­por­ta l’in­cen­die. Elle cher­cha à leur trou­ver un toit ou une fa­mille d’ac­cueil, mais se ra­vi­sa en les voyant se battre avec des épées de bois. Em­prun­tant deux che­vaux, elle les me­na au gouffre de Helm. Là, elle de­man­da au gé­né­ral de la gar­ni­son de les prendre sous son aile, van­tant leur adresse ju­vé­nile au ma­nie­ment de l’épée, et pro­met­tant de sub­ve­nir à leurs be­soins.

Rae­mund re­joint un eo­red, et Leol­wen ne put le suivre du fait de son sexe. Elle fut ce­pen­dant au­to­ri­sée à res­ter et pro­mue au rang de mes­sa­gère après quelques temps. Elle ap­prit à lire et écrire au gouffre, ain­si qu’à en­co­der et dé­co­der les mes­sages. Sa mé­moire fort mau­vaise l’ame­na à sys­té­ma­ti­que­ment no­ter les choses im­por­tantes dans un gros car­net de voyage, usant de sym­boles qu’elle seule com­pre­nait. Elle fut au­to­ri­sée à ap­prendre à se dé­fendre pour ga­ran­tir la sé­cu­ri­té de ses mes­sages. Ce­pen­dant, elle s’in­tro­dui­sait la nuit dans les salles d’armes pour s’en­traî­ner au com­bat, s’ins­pi­rant des en­trai­ne­ments des hommes qu’elle re­gar­dait du­rant la jour­née.

Au­jourd’hui, elle fait preuve d’une mai­trise du com­bat in­ha­bi­tuelle pour une ro­hi­ril. Son bou­clier au bras, les ge­noux flé­chis, elle as­saille ses ad­ver­saires de sa lame sans ré­pit. Gro­gnant et ru­gis­sant, sa ca­pa­ci­té à mo­no­po­li­ser l’at­ten­tion d’un en­ne­mi est pro­pre­ment une bé­né­dic­tion pour ses com­pa­gnons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Leolwen, l'enfant du Rohan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orthophoniste chez un jeune enfant
» poussette double et marche pour 3° enfant
» Les Soucis de Garde d'Enfant
» l'éducation de son enfant sans frustration
» exclure un enfant de maternelle???dsl long

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: The Lord of the Rings Online :: Ecrits divers-
Sauter vers: